Image

Rhino-trachéite


Les maladies des voies respiratoires supérieures sont fréquentes chez les chats.  80% des chats sont porteurs. Elles sont principalement causées par le herpesvirus et le calicivirus. D’autres agents peuvent être aussi mis en cause tels le chlamydophila, le bordetella et le mycoplasma.

La transmission se fait par le contact avec d’autres chats infectés.  En plus, un certain nombre de chats ayant eu la maladie peuvent devenir porteurs de ces virus d’où la réapparition périodique des signes cliniques lorsque stressés.

Les signes observés peuvent inclure une fièvre, des éternuements, un écoulement nasal clair ou épais et une conjonctivite. Le herpesvirus peut causer des ulcérations cornéennes ( yeux qui coulent) et le calicivirus des ulcérations de la muqueuse orale et des polyarthrites. Le Bordetella est plus associé à de la toux et des pneumonies et le chlamydophila surtout à des conjonctivites.

Dans certains cas, le virus ira endommager les cornets nasaux de façon irréversible et causer une sinusite chronique.

L’infection est auto-limitante et le traitement en est un de support.

Il faut donc s’assurer que votre chat boit et s’alimente bien.

Nettoyer les sécrétions de ses yeux et de son nez. Si une conjonctivite est présente, un antiobiotique sera prescrit.

On peut l’installer dans une petite pièce avec un humidificateur pour humidifier les sécrétions.

Pour soulager la congestion nasale, on peut également appliquer des gouttes salines dans son nez ou utiliser un décongestionnant en comprimés prescrit par le vétérinaire.

Lors de signes cliniques sévères, on peut avoir recours à des antibiotiques surtout pour traiter les infections bactériennes secondaires.

La lysine est souvent prescrite afin de diminuer la réplication virale du herpesvirus, ceci doit être administré 2 fois par jour pendant un minimum d’un mois.

La VACCINATION  aide à stimuler le système immunitaire contre la maladie. Ceci va diminuer la sévérité des signes cliniques mais ne prévient pas l’infection. Il faut aussi éviter d’exposer votre chat à des animaux infectés.

La VACCINATION de votre chaton devrait se faire à 2 mois, 3 mois et 4 mois puis à 1 an. Pour les adultes, les vaccins sont recommandés aux an ou aux 3 ans selon le risque d’exposition.
Image

AUTRE MALADIE : Le coryza du chat.

 

 

Le coryza du chat est une maladie complexe, car elle n'est pas dûe à un seul microbe, mais à l'association de plusieurs virus et de bactéries.
Trois virus sont impliqués dans le coryza et provoquent chacun des symptômes différents :
 
1-Un virus de la famille des "Herpes virus" provoquant une infection du nez et des voies respiratoires. Les symptômes sont : toux, éternuements, importants écoulements au niveau des yeux et du nez, conjonctivite et faiblesse de l'état général (perte d'appétit et fièvre).C'est le virus le plus dangereux. Il peut être mortel chez des animaux affaiblis si l'on ne met pas en place un traitement rapide.
2-Un Calicivirus provoquant lui aussi de la fièvre et de l'abattement, des écoulements oculo-nasaux et surtout des ulcères dans la bouche (plaques rouges très nettes sur la langue ou les gencives). Ces plaies dans la bouche sont douloureuses et provoquent salivation importante et perte d'appétit.
3-Un Réovirus bénin qui provoque quelques larmoiements.

 A ces atteintes virales il faut ajouter les bactéries qui très souvent se surajoutent et provoquent des complications chez les chats déjà affaiblis: pus dans les yeux et le nez.
 


Les principaux symptômes sont: 

Cette maladie touche en priorité les animaux vivant en communauté (chatterie, refuge, «famille nombreuse», chats semi-sauvages), les chatons et les adultes qui sont non vaccinés.
 Après une incubation courte de quelque jours, les signes respiratoires (toux, éternuements), les écoulements des yeux et du nez, la perte d'appétit et parfois les tâches rouges dans la bouche apparaissent, de manière plus ou moins importante selon les animaux.

 
La maladie non traitée peut aussi évoluer vers une guérison naturelle chez certains animaux résistants et  elle peut quelques fois se compliquer d'une nécrose des os du nez, avec infection généralisée, et finir par la mort de l'animal si celui-ci est déjà affaibli qui ne veut plus manger.
 
Un chat guéri du Coryza peut rester porteur de longues années, et être à nouveau contagieux à la suite d'évènements tels qu'un stress, une mise-bas ou une autre maladie.
 


Le traitement et la prévention sont:
 
Le traitement du Coryza se fait par l'administration d'antibiotiques (en comprimés, en gouttes ou en injections si nécessaire), pour éviter les complications bactériennes. Une aérosolothérapie (sorte de traitement d'inhalations ) qu'on fait plusieurs fois par jour pendant 15 minutes, si minou veut bien!!! Plus des traitements complémentaires à base de L-Lysine, un acide aminé intervenant dans l'immunité anti-virale sont également parfois entrepris. Enfin, des antiviraux (interférons) sont parfois nécessaires dans les cas les plus graves récidivant fréquemment, mais ces traitements sont particulièrement coûteux.
Malheureusement pour les cas graves, une hospitalisation doit être faite pour réhydrater le chat et de lui administrer une alimentation liquide par sonde.

 ***Donc la meilleure manière de combattre le coryza félin reste la VACCINATION. Le vaccin contre le coryza est actif à la fois contre les Calicivirus, et contre la rhinotrachéite, et l'on rajoute de plus en plus souvent un vaccin contre les Chlamydias, bactéries à l'origine de complications. La vaccination se fait en deux injections à un mois d'intervalle, avec un rappel tous les ans.***

MAIS NE PANIQUEZ PAS...SI VOUS FAITES VACCINER VOTRE CHAT DÈS SON JEUNE ÂGE...VOUS AIDEREZ VOTRE BEAU MINOU À SE PROTÉGER DE CES DÉSAGRÉABLES MALADIES....